Top jeu de grattage: la meilleure vente

Top vente de jeux de grattage en France
Les cartes à gratter les plus vendues en France pour gagner de l’argent

Tous les jeux de grattage de la Française des Jeux ont la côte en période de crise économique.

En effet, d’autant plus si un gros gain pourrait mettre un terme aux dépenses du joueur qui voit ainsi une opportunité de s’en sortir financièrement.

Celui qui cartonne le plus est sans aucun doute le Cash 500 000 euros qui promet un gain d’un demi million au grattage malgré un prix de vente élevé soit 5 euros le carton au format XXL.

Témoignage d’un buraliste à Saint Tropez:

Ils grattent des cartes, cochent des grilles de kéno et parient toujours plus sur le turf ou les paris sportifs.
Fabrice, gérant du tabac La Régence, est sans cesse interpellé : «Tu veux quoi ?

Un sagittaire, un poil à gratter, un cash, un vegas, un goal, un millionnaire ? » suggère-t-il à une jeune dame impatiente.
Devant sa vitrine brillante et bien propre comme des lumières de casino, les parieurs habitués se précipitent dans l’établissement, pointant du doigt les tickets avant de s’en aller avec une poignée d’euros en plus dans le portefeuille.
Il assiste aux premières loges, il regarde d’un œil perplexe ce défilé de parieurs en herbes qui tentent leurs chances au quotidien.
« Les gens misent de plus en plus et pas que de petites sommes d’argent s’indigne t-il.
En cinq ans, son chiffre d’affaires sur les jeux de hasard de la Française des Jeux a grimpé de 30 % ».

Ce phénomène de masse touche toutes les catégories sociaux professionnelles:

Qui joue et dans quel but si ce n’est celui de toucher le gros lot ?
Fabrice a un début de piste à ce sujet :
« C’est la crise qui amplifie ce phénomène. Certains vivent avec le SMIC, d’autres avec le RSA, ils n’ont plus d’espoir alors ils se disent qu’ils décrocheront peut-être un jour le pactole qui sait ?
Je vois également les jeunes arriver dans mon établissement me commander des jeux à gratter chose qu’avant la crise n’existait pas Ce n’est pas normal qu’ils n’aient plus de perspective d’avenir », s’indigne-t-il.